La Commission nationale des parents francophones (la CNPF) interpelle les partis politiques fédéraux sur leur vision du développement et de l’épanouissement des familles francophones en situation minoritaire.

 

Ottawa, Le 18 avril 2011 - Dans le cadre de la présente campagne électorale fédérale, la CNPF et ses membres de toutes les régions du pays veulent obtenir des engagements concrets des partis politiques à l’égard du soutien et des services à l’enfance et la famille francophone en situation minoritaire. « Nous devons offrir un accès adéquat et équitable à des services en français qui répondent aux besoins des familles, des parents et de leurs enfants afin d’assurer la vitalité et la pérennité de la francophonie. Il faut viser à créer un milieu de vie comparable à celui de la majorité, où il est possible de vivre en français », a déclaré aujourd’hui la présidente de la CNPF, madame Ghislaine Pilon.

La CNPF représente les organismes membres des provinces et des territoires et contribue au renforcement et au développement de leur capacité d’accompagner le parent dans son milieu familial et communautaire. Le parent est le premier responsable de l’épanouissement de son enfant. Ainsi, pour lui permettre d’assumer pleinement cette responsabilité, on doit lui reconnaitre toute l’importance de son rôle : après tout, il assure la relève francophone de demain! Le parent doit avoir accès à des services en français qui lui permettront d’assumer son rôle et de répondre aux besoins de son enfant,  à toutes les étapes de sa vie.

Dans le contexte de son mandat, la CNPF est au service du parent francophone pour le bénéfice de l’enfance (de 0 à 18 ans) à toutes les étapes de son développement. Il faut aussi améliorer l’accès aux services en français pour ramener tous les ayants droit (selon la Charte canadienne des droits et libertés, article 23) et intégrer, au même titre, les nouveaux arrivants francophones dans le giron de la francophonie canadienne.

Les familles canadiennes constituent le noyau de notre société et de notre prospérité future; les parents en sont les premiers acteurs et doivent avoir les capacités d’assumer leurs responsabilités envers l’enfance tant sur le plan individuel que sur le plan collectif. Les gouvernements ont aussi une responsabilité de fournir les services qui permettront à nos communautés en situation minoritaire d’évoluer dans la société canadienne au même rythme que la majorité.

« Nos espoirs de demain se fondent sur l’enfance d’aujourd’hui, les futurs chefs de file de notre pays. Le développement de l’enfant, dans ses milieux naturels, soit en famille, à l’école ou dans sa communauté, est aussi notre principal défi pour maintenir la vitalité des communautés francophones et acadiennes partout au pays », a souligné Mme Pilon.

Les services à l’enfance et la famille doivent donc être offerts selon le principe de la dualité, comme c’est le cas en éducation. « Nous faisons face à plusieurs déficiences graves qui laissent des conséquences néfastes pour la francophonie; le gouvernement canadien a le devoir de faire plus pour corriger cette situation », a soutenu Mme Pilon.

La CNPF demande ainsi à tous les partis politiques fédéraux, en campagne pour former le prochain gouvernement, de s’engager dès maintenant à fournir les moyens qui répondent aux besoins de nos communautés pour des services en français aux familles francophones en situation minoritaire. L’amélioration de l’accès aux services dans notre langue est primordiale pour sauvegarder la langue française, l’une des deux langues officielles au pays, et pour récupérer de nombreux ayants droit.

Plusieurs études, dont «Petite enfance et autonomie culturelle, là où le nombre le justifie…V», réalisée pour la CNPF par Rodrigue Landry, de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (Université de Moncton), le démontrent clairement : « les communautés francophones et acadiennes ne peuvent pas se permettre le luxe de perdre la moitié de leur population francophone future avant même que les enfants soient d’âge scolaire» …faute de services adéquats.

Les défis et enjeux prioritaires des parents francophones sur lesquels le gouvernement canadien doit agir et accroître son aide immédiate, et sur lesquels les partis doivent se prononcer avant la fin de cette campagne sont les suivants :

  • Le plein respect des droits constitutionnels des francophones et de la Loi sur les langues officielles;
  • L’appui à la mise en place et la prestation de services en français répondant aux besoins urgents de nos familles francophones dans un souci d’équité réelle (par exemple : l’accès à des services de garde francophones de qualité, des infrastructures scolaires au moins comparables à celles de la majorité, un accueil et un accompagnement respectueux du parent francophone dans tous les secteurs d’activités, etc.);
  • Une plus grande reconnaissance du parent, dans son rôle d’accompagnateur, en lui offrant les moyens qui lui permettront de préserver et de transmettre sa culture et sa langue, et les services dont il a besoin pour aider son enfant à grandir et à s’intégrer dans la société;
  • Des services d’appuis aux parents francophones et aux familles exogames pour assurer l’utilisation du français dans la vie courante, le maintien et la pérennité de notre langue;
  • Des services accrus et spécialisés aux enfants et à leurs parents, dans une approche de santé globale de la famille, qui tient compte de toutes les sphères du développement dont un individu a besoin pour s’épanouir au sien de sa communauté (santé physique, mentale, économique, etc.)
  • Une «Feuille de route pour la dualité linguistique» bonifiée, et qui améliore la gouvernance et la planification à plus long terme en fonction de l’évolution des besoins des communautés, des familles et de l’enfance;
  • De meilleurs services communautaires profitables à l’enfance et aux familles, gérer par la communauté;
  • Du financement qui assure le fonctionnement des organismes francophones au-delà d’une perspective annuelle, fondé sur une vision à long terme du développement global des familles et des communautés francophones.

« Bref, dans un pays où la dualité linguistique est si importante, investir davantage dans la famille francophone, c’est investir dans la prospérité de notre pays », de conclure Mme Pilon.


- 30-

 

Télécharger la version PDF
Téléchargez le document Télécharger la version PDF 135 Ko
 

Renseignements :
La Commission nationale des parents
Luc Handfield, directeur général
Tél. : (613) 288-0958 Bureau
Sans frais : 1-800-665-5148 

Communiqué de presse de Rearview

 

- 30-

 

 

Pour toute information :
Théâtre la Catapulte
333, avenue King-Edward
Ottawa, Ontario
K1N 7M5
CA

Tél. : 613 562-0851
Téléc. : 613 562-0631
Courriel : communications@catapulte.ca
Web : www.catapulte.ca

Press Kit: Rearview

- 30-

Press Kit: Rearview

 

Pour toute information :
Théâtre la Catapulte
333, avenue King-Edward
Ottawa, Ontario
K1N 7M5
CA

Tél. : 613 562-0851
Téléc. : 613 562-0631
Courriel : communications@catapulte.ca
Web : www.catapulte.ca

Press Release: Rearview

 


- 30-

 

Rearview
Téléchargez le document RearviewTéléchargez
 

Pour toute information :
Théâtre la Catapulte
333, avenue King-Edward
Ottawa, Ontario
K1N 7M5
CA

Tél. : 613 562-0851
Téléc. : 613 562-0631
Courriel : communications@catapulte.ca
Web : www.catapulte.ca

La Société Santé en français se met à la recherche d’une prochaine directrice générale ou d’un prochain directeur général. :

 

Départ prochain de Claudine Côté

 

Pour publication immédiate

 

Ottawa, le 26 avril 2011-  Le Dr Brian Conway, président du Conseil d’administration de la Société Santé en français a confirmé ce matin avoir reçu l’avis officiel par lequel l’actuelle directrice générale de la Société, madame Claudine Côté, annonce son départ de ses fonctions.

« C’est évidemment une lourde perte pour notre organisation » de déclarer le Dr Conway. « Madame Côté est avec nous depuis plus de deux ans et elle a apporté une contribution vraiment significative à notre mouvement. Nous manquerons sa vaste expérience des soins de santé et son sens aigu du dévouement.  Son dynamisme a insufflé un souffle nouveau à la Société. C’est sous sa direction que fut lancé le processus de planification qui portera la Société et le mouvement de la santé en français au-delà de 2013. Elle a été présente à un moment charnière pour l’établissement d’un partenariat renouvelé avec Santé Canada et le gouvernement canadien dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique ».

 Le Comité de direction de la Société est heureux de pouvoir compter sur la précieuse collaboration de Madame Côté pour assurer une bonne transition.

 « Il va sans dire qu’une telle décision n’est jamais facile à prendre ou à communiquer, mais elle s’avérait incontournable si je voulais demeurer en accord avec mes objectifs personnels et professionnels. J’ai vécu de merveilleuses expériences au sein de la Société et j’y ai tissé des liens qui demeureront bien au-delà de la fin de mon mandat » de conclure madame Côté.

 La Société Santé en français annoncera prochainement les mesures qu’elle entend prendre pour recruter la personne qui succédera à madame Côté aux commandes de la Société.

 

-30-


- 30-

 

Daniel Dezainde
Agent de communication
Société Santé en français
260, rue Dalhousie, suite 400
Ottawa, Ontario
K1N 7E4
CA


Téléphone 1 : (613) 244-1889 poste 233
Télécopieur : (613) 244-0283
Courriel : d.dezainde@santefrancais.ca
Site Web : www.santefrancais.ca 

Trois partis sur cinq ont répondu au questionnaire de la FCCF en matière d’arts et de culture

Ottawa, le 27 avril 2011 – La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) a reçu les réponses du Parti Libéral du Canada, du Bloc Québécois et du Parti Vert du Canada. Malheureusement, ni le Nouveau Parti démocratique ni le Parti Conservateur du Canada n’ont fait parvenir leurs réponses à la Fédération. Nous regrettons que deux des cinq partis sollicités n’aient pas pris le temps de répondre aux questions de la FCCF, mais nous nous réjouissons du fait que les arts et la culture semblent une priorité pour les trois partis qui ont soumis leurs réponses.

« Sans répondre tous exactement de la même manière à chacune des questions, il est rassurant de constater que les trois partis qui nous ont fourni des réponses veulent soutenir les arts et le secteur culturel de façon adéquate. Il semble même y avoir consensus en ce qui a trait à la nécessité d’augmenter le budget du Conseil des Arts du Canada, à stabiliser le budget de la Société Radio-Canada et à augmenter les ressources de Patrimoine canadien. Les trois partis ont tous reconnu qu’il est important d’appuyer les communautés de langues officielles en situation minoritaire » se réjouit Mme Raymonde Boulay LeBlanc, présidente de la FCCF.

Rappelons que le 5 avril dernier la FCCF envoyait un questionnaire aux cinq partis politiques en leur demandant de répondre à cinq questions mentionnées ici-bas pour clarifier leurs engagements en ce qui a trait au financement des arts et de la culture de la francophonie canadienne.

  1. Sous un gouvernement formé par votre parti, quelle serait la priorité accordée au financement du secteur des arts et de la culture? 
  2. Vous engagez-vous à augmenter le budget du Conseil des arts du Canada? Si oui, de combien et à quel rythme?
  3. Est-ce que vous donnerez suite à la Feuille de Route pour la dualité linguistique au-delà de sa date d’échéance actuelle prévue à la fin 2013? Si oui, comment comptez-vous y donner suite et est-ce que vous vous engagez à y inclure un axe arts et culture avec un financement adéquat?
  4. Vous engagez-vous à accorder aux milieux artistiques et culturels de la francophonie canadienne un financement pluriannuel adéquat en augmentant, entre autres, les ressources du ministère de Patrimoine canadien?
  5. Que sont vos engagements en ce qui a trait au financement des agences gouvernementales culturelles fédérales telles Téléfilm, l’Office national du film, le Centre national des arts et la Société Radio-Canada? 

Éric Dubeau, directeur général de la FCCF et coprésident de la Coalition canadienne des arts renchérit en poursuivant « Il est regrettable que les arts et la culture n’aient pas été un enjeu majeur tout au long de cette campagne électorale malgré le fait que ce secteur est un moteur important de l’économie canadienne. En effet, selon le Conference Board du Canada, le secteur culturel laisse une empreinte économique annuelle de 85 milliards de dollars dans l’économie canadienne, représentant 7,4 % du produit intérieur brut et génère plusieurs centaines de milliers d’emplois.»  Il conclut en disant « Pendant la dernière semaine de campagne, la FCCF encourage ses membres et tous les Canadiennes et les Canadiens à continuer à s’informer sur les différentes plateformes des partis en matière d’arts et de culture et à considérer ces plateformes en faisant leur choix.    Le 2 mai Votez culture! » La FCCF est un des 75 signataires de la Plateforme électorale commune du secteur des arts, culture et patrimoine.

Les réponses des partis ainsi que la lettre complète que la FCCF avait fait parvenir à chacun des partis est disponible en ligne au www.fccf.ca dans la section Élections 2011. Des liens vers des outils d’analyse des différentes plateformes électorales en matière d’art et de culture sont aussi disponibles dans cette section du site web de la Fédération.   

La FCCF est un organisme national dont la mission est de promouvoir l’expression artistique et culturelle des communautés francophones et acadiennes. Elle réunit des représentants de sept regroupements nationaux en théâtre, en littérature, en chanson-musique, en arts médiatiques et en arts visuels, ainsi que 13 organismes œuvrant au développement culturel et artistique de onze provinces et territoires du Canada et un regroupement de réseau de diffusion. La FCCF est membre de la Coalition canadienne des arts, de la Coalition pour la diversité culturelle,  de la Conférence canadienne des arts, et de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada.


- 30-

Trois partis sur cinq ont répondu au questionnaire de la FCCF en matière d’arts et de culture
Téléchargez le document Trois partis sur cinq ont répondu au questionnaire de la FCCF en matière d’arts et de culture Téléchargez  
Réponses du Bloc Québécois
Téléchargez le document Réponses du Bloc Québécois Téléchargez  
Réponses du Parti Libéral du Canada
Téléchargez le document Réponses du Parti Libéral du Canada Téléchargez  
Réponses du Parti Vert du Canada  
Téléchargez le document Réponses du Parti Vert du Canada Téléchargez  

 
 
 

 

 
 

 
 
 


Pour de plus amples renseignements ou pour des demandes d’entrevues

Simone Saint-Pierre, chef des communications
Téléphone : 613 241-8770 poste 22
Courriel : ssaintpierre@fccf.ca

Réponses des partis au questionnaire de la FCFA : l'écoute du NPD, la timidité des libéraux, le silence des conservateurs et des Verts

Trois des cinq partis politiques fédéraux ont répondu au questionnaire de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada sur les enjeux de la francophonie et des langues officielles. La Fédération publie aujourd’hui, à l’intention des citoyens francophones qui exerceront leur droit de vote le 2 mai prochain, trois fiches résumant les engagements des partis sur ces enjeux. « Nous invitons également les citoyens à consulter sur notre site Web les réponses des partis afin de se faire eux-mêmes une idée sur quelle formation politique représente le mieux leurs aspirations », souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

Le premier constat – fort positif – que tire la FCFA des réponses est que le Nouveau Parti démocratique, le Parti Libéral et le Bloc Québécois sont tous trois prêts à travailler avec les communautés pour mettre en place des politiques, des programmes et des services qui répondent vraiment à leurs besoins.

Cela dit, la Fédération a relevé des points forts et des points faibles dans chacune des réponses des partis. Notamment, la réponse du NPD montre que la vision du parti par rapport à la dualité linguistique a considérablement mûri au cours des années. « On y parle notamment d’inclure dans les ententes fédérales-provinciales/territoriales des clauses linguistiques qui prévoient des sanctions lorsque les obligations ne sont pas respectées, et on promet de « redessiner » le plan gouvernemental en matière de langues officielles pour qu’il reflète réellement les besoins des communautés, indique Mme Kenny. Il reste à voir comment ils livreront la marchandise dans le prochain Parlement ».

La FCFA constate aussi que le Parti Libéral du Canada s’engage à mettre en place un prochain plan d’action pour les langues officielles qui prendrait le relais de la Feuille de route pour la dualité linguistique en 2013. Le parti présente aussi des idées sur l’amélioration de la gestion des langues officielles dans l’appareil fédéral; on parle notamment de remettre le dossier à un organisme central qui puisse « insister sur une façon de faire, une ligne directrice ». 

Toutefois, la Fédération s’attendait à plus d’audace du parti qui a donné la Loi sur les langues officielles au Canada. « Certaines réponses des libéraux manquent de précision. Par exemple, lorsqu’on demande comment les partis reconnaîtront que les francophones vivant en milieu minoritaire ont des besoins spécifiques, le Parti Libéral nous répond qu’il rétablira le questionnaire long obligatoire du recensement. L’intention est louable, mais c’est loin d’être suffisant », déclare Mme Kenny.

Le Bloc Québécois réitère quant à lui que ce n’est pas le bilinguisme qui a besoin d’être soutenu au pays mais bien le français. Le Bloc s’engage notamment à exiger qu’on  montre comment on a consulté les communautés avant de mettre en place des politiques qui ont un impact sur elles.

La FCFA n’est toutefois pas en accord avec la position du Bloc à l’effet que les provinces sont les mieux placées pour relever les défis de l’accueil et de l’intégration des nouveaux arrivants, y compris dans les communautés francophones en situation minoritaire. « Nous ne nous opposons certainement pas à l’idée que le Québec doit avoir sa propre politique en immigration. Mais ce qui est bon pour le Québec n’est pas nécessairement bon pour les francophones dans les autres provinces et les autres territoires », souligne Mme Kenny.

Ni le Parti Conservateur du Canada, ni le Parti Vert du Canada n’ont répondu au questionnaire de la FCFA, malgré les suivis effectués auprès de divers contacts dans ces deux formations politiques.

On peut consulter les réponses des partis au questionnaire de la FCFA à l’adresse www.fcfa.ca, dans la section Élections 2011.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.


- 30-

 

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Le rapprochement des cultures fait des gagnants!

Le 28 avril 2010, Ottawa – L’Association canadienne des professeurs d’immersion en collaboration avec l’Université d’Ottawa est fière d’annoncer les lauréats du concours Immersion Clip.

Le concours invite les élèves d’immersion française de la 9e à la 12e année (secondaire 3 à 5 au Québec) inscrits à temps plein dans une école secondaire publique ou privée au Canada à créer un vidéo clip en français, d’un minimum de 30 secondes et d’un maximum de 90 secondes, portant sur le rapprochement des cultures.

Ce concours vise à :

  • Valoriser l’apprentissage de la langue française dans le contexte de l’immersion;
  • Encourager la production orale chez les apprenants en immersion;
  • Faire connaître et promouvoir une vision positive de l’immersion française au Canada;
  • Encourager la créativité des élèves par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC).

 Voici les 3 gagnants qui se sont mérité une bourse de 20 000 $ de l’Université d’Ottawa :

Jeremy Gooden, Brantford Collegiate Institute and Vocational School, Brantford, Ontario.
Son clip “Bienvenue à la Diverse-Cité est un rap envoutant qui nous rappelle que le rapprochement des cultures nous rend plus fort.
http://www.youtube.com/watch?v=6vVtZbs7AQ0  

Anna Bullock, All Saints Catholic High School, Ottawa, Ontario. Elle a séduit le jury avec son clip « Culture du monde », un montage d’un dessin qui démontre que malgré nos différences, nous sommes tous humains.
http://www.youtube.com/watch?v=UqMrv-a8fCo  

Jose Rippingale, École Carihi, Campbell River, Colombie-Britannique. Il nous invite à « séparer nos vêtements – pas les personnes » avec son clip « Un arc-en-ciel de diversité ».
http://www.youtube.com/watch?v=o8BPYD6F400

Le jury a également attribué 2 mentions honorables :

Emily Lukasik, École Cathedral, Hamilton, Ontario pour son clip Que la paix soit avec vous
http://www.youtube.com/watch?v=QYujrNIYUS0  

Danielle Cherniwchan, Vedder Middle School, Chilliwack, Colombie-Britannique pour son clip « La nation ».
http://www.youtube.com/watch?v=zTy9STCE8XI  

 Les élèves suivants se sont mérité une bourse de 2 000$ de l’Université d’Ottawa :

  • Emily Lukasik, École Cathedral, Hamilton, Ontario
  • Danielle Cherniwchan, Vedder Middle School, Chilliwack, Colombie-Britannique
  • Michael Lahoda, Brantford Collegiate Institute and Vocational School, Brantford, Ontario
  • Cristina Leduc, Colonel By Secondary School, Ottawa, Ontario
  • Eden Nzeyimana, Riverside Secondary School, Coquitlam, Colombie-Britannique
  • Ryan Pagliaro, École secondaire Cathedral, Hamilton, Ontario
  • Filip Sakic, Brantford Collegiate Institute and Vocational School, Brantford, Ontario
  • Gene Lapointe, Sturgeon Heights Collegiate, Winnipeg, Manitoba
  • Maha Temkit, Hillcrest High School, Ottawa, Ontario
  • Fiona Li et Stephanie Lam, École Dr. Charles Best Secondary School, Coquitlam, Colombie-Britannique
  • Niyousha Bastani, Handsworth Secondary School, North Vancouver, Colombie-Britannique
  • Rebecca Lees, South Peace Secondary School, Dawson Creek, Colombie-Britannique.
  • Chirstina Nonis, Stelly's Secondary School, Saanichton, Colombie-Britannique
  • Irene Carrasco, Handsworth Secondary School, North Vancouver, Colombie-Britannique
  • Amanda Tam, Sir Winston Churchill Secondary, Vancouver, Colombie-Britannique

 Félicitations à tous!

L’ACPI voudrait témoigner de sa grande reconnaissance à l’Université d’Ottawa pour sa générosité et pour son soutien de l’immersion française. Un bouquet de mercis aux membres du jury pour leur dévouement.


- 30-

 

Télécharger la version PDF
Téléchargez le document Télécharger la version PDF 135 Ko

Chantal Bourbonnais
Directrice générale
cbourbonnais@acpi.ca
613.230.9111

La FCFA compte renforcer ses collaborations avec le nouveau gouvernement

This page is available in English

 

« Les citoyens et les citoyennes, y compris ceux et celles de nos communautés, ont fait entendre leur voix. Nous tenons à féliciter le Premier Ministre Stephen Harper et tous les élus;  nous allons reprendre notre collaboration avec le gouvernement conservateur là où elle en était en mars dernier, en mettant l’accent sur le renforcement des collaborations ». C’est ce qu’a déclaré la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, à la suite des élections fédérales d’hier. 

Au cours des dernières années, la FCFA a établi des liens de collaboration constructifs avec le gouvernement dans des dossiers comme la mise en place du Programme d’appui aux droits linguistiques et le règlement des délais de versement des contributions gouvernementales aux organismes des communautés.

Dès la nomination du nouveau Cabinet, la Fédération fera notamment un suivi sur les rencontres qui, avant le déclenchement de l’élection, étaient prévues avec le ministre du Patrimoine canadien et la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences. « Nous devions rencontrer la ministre Finley pour discuter de mécanismes pour consulter les communautés affectées par les restructurations des bureaux de Service Canada, rappelle Mme Kenny. Nous allons certainement faire un suivi là-dessus ».

Les priorités de la FCFA dans ses relations avec le gouvernement fédéral sont claires. Elles incluent le plein respect de la Loi sur les langues officielles, la reconnaissance des besoins spécifiques des communautés francophones vivant en milieu minoritaire et des investissements au niveau de la dualité linguistique qui s’alignent sur les priorités des communautés.

« Il est à prévoir qu’un discours du Trône aura lieu dans un proche avenir. Nous souhaitons notamment y voir le signal qu’il y aura renouvellement de la Feuille de route pour la dualité linguistique lorsqu’elle viendra à échéance en 2013 et qu’on consultera les communautés pour que la prochaine génération de cette initiative corresponde aux priorités qu’elles se sont déjà données », souligne Mme Kenny.

La FCFA félicite également le nouveau chef de l’Opposition officielle, Jack Layton, pour la victoire sans précédent de son parti aux urnes. « Les langues officielles et la dualité linguistique, c’est l’affaire de tous les parlementaires et nous comptons certainement sur le NPD pour donner suite aux engagements qu’il a pris durant la campagne électorale »

La FCFA tient à réitérer qu’elle continuera à travailler avec tous les partis, comme elle l’a toujours fait. « Nous sommes conscients qu’il y a beaucoup de nouveaux députés et nous allons travailler à les informer par rapport aux enjeux qui sont importants pour les 2,5 millions de citoyens qui parlent français dans neuf provinces et trois territoires », indique Mme Kenny.

La Fédération tient aussi à remercier les chefs sortants du Parti libéral et du Bloc Québécois, Michael Ignatieff et Gilles Duceppe, ainsi que les députés sortants pour leur appui aux enjeux des communautés et à leur souhaiter la meilleure des chances dans leurs projets futurs.

 La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

 

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

 

La FCFA exhorte les citoyens et les citoyennes à aller voter en grand nombre : Un droit fondamental, un devoir civique, une décision collective à prendre sur l’avenir de notre pays

This page is available in English

 

« Il y a tellement de pays où les gens luttent pour la démocratie et pour obtenir le droit de voter. Par solidarité avec eux, j’en appelle à tous les citoyens et à toutes les citoyennes du Canada : lundi prochain, allez voter ».  Voilà le plaidoyer qu’a tenu à livrer la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada à la veille de l’élection du 2 mai. D’ici cette date, la FCFA s’emploiera à transmettre ce message le plus largement possible, dans les deux langues officielles.

Pour la FCFA, voter est non seulement un droit fondamental mais aussi un devoir civique. « Ce qui est en jeu, c’est l’avenir de notre pays et la direction que nous prendrons comme société. C’est une décision qui nous appartient à tous et à toutes, les femmes, les hommes, les aînés, les jeunes, les francophones, les anglophones, les communautés ethnoculturelles et les Premières Nations », indique Mme Kenny. 

La FCFA tient également à encourager les citoyens de langue française à se prévaloir du service en français à leur bureau de scrutin. Tous les bureaux de scrutin doivent offrir le service dans les deux langues officielles aux électeurs et aux électrices et selon Élection Canada, plus de 90 % des bureaux sont en mesure de le faire. Lorsque ce n’est pas le cas, des mesures sont en place pour que le service en français soit offert par téléphone. « D’une façon et d’une autre, le service doit être offert. Il n’y a aucune raison de ne pas l’exiger », explique Mme Kenny.

La FCFA rappelle enfin à tous les citoyens et à toutes les citoyennes qu’elle a mis à leur disposition une variété de renseignements sur les positions des cinq principaux partis par rapport aux grands enjeux reliés à la francophonie et aux langues officielles. Toute cette information est disponible sur le site Web de la Fédération au www.fcfa.ca, dans la section Élections 2011.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.


- 30-

 

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820