Vitalité linguistique

Le français à la maison varie d'une région à l'autre...

La Mini-Francofièvre fait partie des nombreux événements culturels organisés par les organismes francophones en Saskatchewan. / Photo : Yvan Lebel
En 2006, 631 040 personnes disaient parler français le plus souvent à la maison, comparativement à 675 925 en 1971. Par ailleurs, 367 570 autres personnes disaient parler français régulièrement à la maison. Fait intéressant, parmi ces dernières, un peu plus de 157 000 ont l'anglais comme langue maternelle. Dans la plupart des cas, il s'agit d'anglophones qui ont un conjoint ou une conjointe francophone.

Il faut par ailleurs noter que l'Alberta, la Colombie-Britannique et le Yukon affichent, par rapport à 2001, une croissance du nombre de francophones qui parlent français le plus souvent à la maison. Les chiffres sont demeurés à peu près stables à l'Île-du-Prince-Édouard, au Manitoba, aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Le français parlé à la maison, 1971-2006,
Canada sans le Québec

Le français parlé à la maison, 1971-2006, Canada sans le Québec

Source : Marmen et Corbeil, 2004 et Recensement 2006

* Statistique Canada recueille des données sur l'autre langue parlée régulièrement à la maison depuis 2001 seulement

... mais la connaissance de la langue est de plus en plus répandue

Le nombre de personnes parlant le français seulement ou le français et l'anglais a presque triplé depuis 1951, passant de 896 887 à 2 561 245. Au total, près de 11 % de la population canadienne habitant à l'extérieur du Québec est en mesure de parler le français. Si ce pourcentage varie d'une province à l'autre (43,6 % au Nouveau-Brunswick et 12,8 % à l'Île-du-Prince-Édouard, mais seulement 4 % au Nunavut), le nombre de personnes qui connaissent le français ne cesse d'augmenter. C'est dire l'attrait qu'exerce la langue française au pays, qui peut ainsi profiter d'une population francophile de plus en plus importante.

La connaissance du français, 1951-2006,
Canada sans le Québec

La connaissance du français, 1951-2006, Canada sans le Québec

Source : Marmen et Corbeil, 2004 et Statistique Canada

Le français au travail se porte relativement bien

En 2006, 700 665 personnes utilisaient le français au travail le plus souvent ou au moins régulièrement à l'extérieur du Québec. Même si cela ne représente que 5 % de la population active totale des neuf provinces et trois territoires, il est important de noter que 46 % des travailleurs qui ont une connaissance du français sont en mesure de l'utiliser au travail. Ce dernier pourcentage varie de façon importante selon les régions. S'il est élevé au Nouveau-Brunswick (90,5 %), en Ontario (48,5 %) et à l'Île-du-Prince-Édouard (46,9 %), il est plutôt faible en Alberta (21,9 %) et en Colombie-Britannique (19,7 %).

Le français au travail chez la population active connaissant le français, 2006,
Canada moins le Québec

Le français au travail chez la population active connaissant le français, 2006, Canada moins le Québec
Source : Statistique Canada, recensement 2006